Vous avez dit « planification écologique » ?

Chronique parue dans Les Echos du 3 mars 2022

« Planification : Méthode consistant à choisir des objectifs et à proposer des moyens pour y parvenir », nous rappelle le Centre de ressources textuelles et lexicales du CNRS. Emmanuel Macron a repris à son compte l’expression de planification écologique. Simple argument de campagne ? Pour démontrer le contraire, il faudra très vite clarifier trois points sur le climat.

1. Définir le bon objectif

Premier acte de toute planification : définir le bon objectif ! Il est urgent de mettre le pays en accord avec l’objectif européen d’une réduction de 55 % des émissions de gaz à effet de serre entre 1990 et 2030. Malgré les injonctions du Conseil d’Etat et les mobilisations citoyennes, notre politique climatique reste calée sur l’objectif antérieur de -40%, non compatible avec la cible de neutralité en 2050.

2. Réorienter les investissements

Second acte : réorienter les investissements pour la transition énergétique. Pour passer de -40 à -55%, il convient d’accélérer les investissements vers les énergies renouvelables et l’entretien du parc nucléaire existant. Sans un redéploiement massif des moyens sur ces deux cibles, le pays n’aura pas en 2030 les capacités requises de production décarbonée. Il faut simultanément investir dans l’efficacité et l’économie d’énergie. Il est enfin urgent d’allouer des ressources pour accompagner les multiples reconversions industrielles induites par la transition.

Faut-il construire ou non des EPR pour assurer cette production après 2030 ? La question doit être tranchée après un réel débat, documenté par des informations impartiales, permettant de dépasser les arguments de campagne.

3. Engager la transition agro-écologique

Troisième acte : la transition agro-écologique. L’agriculture compte pour un cinquième des émissions de gaz à effet de serre. La transformation agroécologique sera la révolution agricole de demain conduisant, non à produire moins mais à produire mieux. Sans cette deuxième jambe de la transition, on ne voit pas comment atteindre les -55% en 2030, encore moins comment le pays pourrait viser la neutralité en 2050.

Lire l’article sur le site des Echos : Article

Retour à l’accueil

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :