Ne pas confondre météorologie et climatologie

En 2021 la température moyenne pourrait refluer du fait de l’influence de la Nina en début d’année

Des gelées en mars, un mois d’avril maussade et ce temps froid humide qui a persisté jusqu’à fin mai. Depuis janvier, nous avons subi la météo. Les observatoires qui recueillent la température moyenne dans le monde ont fait le même diagnostic nous explique Carbon Brief. Du fait de la Nina, la température moyenne de janvier à avril est en nette baisse sur 2021. Cette variabilité des conditions météorologiques ne change en rien le diagnostic sur le réchauffement du climat.

De janvier à avril, les conditions météorologiques ont été influencées par le phénomène connu sous l’appellation « la Nina » : une anomalie résultant de la température de surface de l’océan Pacifique à l’équateur, qui refroidit périodiquement le climat. Sur les quatre premiers mois de l’année, les observations convergent. On est sur un recul de 0,4 °C relativement à 2020 et de 0,5° C relativement à 2016. (Graphique ci-dessous : courbe en trait renforcé).

La plupart des modèles anticipent que l’anomalie la Nina devrait refluer sur le reste de l’année. Les températures moyennes de l’année devraient ainsi rester inférieures à celles de 2021, mais le recul devrait être moins prononcé que celui des quatre premiers mois.

Cette variabilité de la météo à court terme peut conduire à des erreurs d’interprétation. Ce n’est pas parce que le printemps a été froid que le réchauffement climatique ralentit. Symétriquement, l’Organisation Météorologique Mondiale a publié un article estimant à 40% la probabilité qu’un réchauffement de 1,5° C relativement à l’ère préindustrielle apparaissent lors d’une des cinq prochaines années. Si c’est le cas, on ne pourra en aucune façon en inférer que l’objectif de l’accord de Paris n’a pas été atteint : il faudra attendre plusieurs décennies pour diagnostiquer si la tendance de long terme du réchauffement global s’infléchit suffisamment rapidement, ou pas.

Qu’elles soient orientées à la hausse ou à la baisse, les oscillations des températures à court terme ne modifient en rien la tendance de moyen et long terme au réchauffement du climat. Ne confondons pas Météorologie et Climatologie.

Lire l’article de Carbon Brief

Lire l’article de L’Organisation Météorologique Mondiale

Retour à l’accueil

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :